VISIT USA - Route 66 - Villes du Sud, côte Est et Sécession - Sur les traces des pionniers...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 25 avril 2012

HISTOIRE ET CULTURE STYLE WESTERN

WILLIAM FREDERICK CODY, DIT BUFFALO BILL (1846 - 10 JANVIER 1917)

QUE DE CONTROVERSES SUR LE PERSONNAGE!

Entre le tueur de bisons et le directeur du Wild West Show, il n’a cessé de faire beaucoup parlé de lui. Trop peut-être dans certaines circonstances où son énergie à bien faire ne laisse pas que de bons souvenirs dans les mémoires. La seule excuse qu’on puisse lui trouver, si l’on doit vraiment en trouver une, est qu’il agissait en concordance avec son époque, inconscient de la portée de certains de ses actes et du regard sévère de l’Histoire.
Obligé de travailler pour subvenir aux besoins de sa famille à la mort de son père, il n’a que quatorze ans quand il s’engage comme cavalier pour le Pony Express. Il fut prospecteur, conducteur de bétail, trappeur avant de servir comme espion et éclaireur dans les volontaires du 7ème de cavalerie du Kansas. Préférant les aventures à l’ennui de sa vie de couple, Cody fuit le domicile conjugal pour devenir guide et chasseur de bisons afin de fournir de la viande aux centaines de personnes travaillant à la construction du chemin de fer de la Kansas-Pacific. Les peaux étant expédiées aux tanneries de l’Est.
Depuis la nuit des temps, des millions de bisons transhumaient par les grandes plaines, territoires de chasse des Indiens. Un bison se vendant 3$ et une cartouche coûtant 25cents, il est simple de calculer la fortune possible et rapide pour un bon tireur. Cody ne sera pas le seul à profiter d’une telle manne. Bientôt des montagnes de cadavres, s’étirant parfois sur un kilomètre le long des voies ferrées, attendaient leur transfert. De cette époque date son fameux surnom de Buffalo Bill. Pendant un peu plus d’an an, Cody, tireur émérite, va entasser des milliers de bisons et de dollars.

COMMENT UN MASSACREUR DE BISONS A-T-IL PU DEVENIR UNE TELLE LÉGENDE?

Le massacre des bisons étant tout à fait banalisé, pourquoi Cody s’est-il distingué des autres ? Certes, il était un tireur exceptionnel ce qui était déjà l’assurance d’une grande considération accompagnée d’une réputation qui souvent vous précédait.
A ce titre, un « romancier à dix sous », Ned Buntline, avait déjà rédigé des aventures embellies de William Cody. Mais en 1872 il écrivit une pièce, Les éclaireurs de la prairie, dans laquelle Cody tenait le rôle du héros. L’occasion était trop belle et Buffalo Bill fit partie de la tournée théâtrale. Malgré les critiques acerbes, le public en redemanda. Encouragé par le succès de ce spectacle, Cody créa le sien en beaucoup plus somptueux.
Aussi, le 4 juillet 1882, lors de la célébration de la fête nationale présente-t-il son Old Glory Blowout dans le Nebraska. Des concours de tirs, de lassos et de chevauchées pour les cow-boys se succédèrent superbement.
Un an plus tard le Wild West Show voyait le jour. Gigantesque cirque, le spectacle présentait la vie des cow-boys, la simulation d’une attaque de la ville de Deadwood, la capture et la mort d’éclaireurs tués par les sauvages, la chasse aux bisons, wapitis, daims, chevaux sauvages, etc.

722.jpg

732.jpg

ESACAPADES DEPUIS DENVER (CO)

    611.jpg   619.jpg   625.jpg   646.jpg   667.jpg  678.jpg  745.jpg   750.jpg   772.jpg   806.jpg   833.jpg   874.jpg  880.jpg   911.jpg

DENVER (CO)

Le Colorado fait revivre le « Far West » au coeur de l’Amérique sauvage. C’est aussi le seul état américain qui se trouve entièrement au-dessus de 1 000 mètres. Sa capitale, Denver, que l’on surnomme la « Mile High City », se trouve à 1 600 mètres d’altitude.

Son nom d’origine espagnole signifie « de couleur rouge », donné en raison du grès rouge recouvrant une grande partie de l’état.
Au 18ème siècle, ce sont d’abord les Indiens Apaches puis les Arapahos et les Cheyennes qui occupent les plaines orientales du Colorado. Il faut attendre la vente de la Louisiane pour que la partie Sud du Colorado deviennent américaine, et l’année 1848 pour que le Mexique cède toutes ses terres du Nord avec le traité de Guadalupe Hidalgo.
L’état du Colorado commence vraiment à se peupler de colons dans la deuxième moitié du 19ème siècle, du fait de la ruée vers l’or ! Denver et ses alentours abritent aujourd’hui plusieurs villes minières abandonnées que l’on surnomme les « villes fantômes ».

Fondée en 1858, cette ancienne ville minière de la Ruée vers l’Or fut développée par le Général William Larimer, un spéculateur du Kansas. Ce dernier donna à la ville son nom actuel, en hommage au gouverneur territorial du Kansas, James W. Denver.
Denver devint la capitale du Territoire du Colorado en 1865, soit 4 ans après la constitution de ce territoire, mais ce n’est qu’en 1876 que la ville devint la capitale de l’Etat du Colorado, 38ème état des USA.

Ci dessous quelques photos de  la journée.

dimanche 22 avril 2012

LA JOURNEE COMMENCE BIEN

Après avoir fais mon devoir citoyen et imprimer mes cartes d'embarquement pour demain matin, j'ai trouvé un code tarifaire chez Dollar permettant une économie de $48,01 sur la location de notre SUV.
C'est toujours cela de pris...

Nous n'aurons jamais eu un tarif aussi compétitif depuis que nous louons des véhicules aux USA.

Les valises étant prêtes, il ne reste plus qu'à réserver un taxi et se préparer à une journée de lundi de 32H, compte tenu des 9H de décalage.

dimanche 15 avril 2012

PRETS POUR UN NOUVEAU DEPART

Cette année nous partons à la conquête de l'Ouest.
Notre objectif, suivre les traces des Pionniers, de Buffalo Bill, Calamity Jane, Kit Carson, Butch Cassidy... et bien sur des chercheurs d'or et du premier chemin de fer transcontinental lancé en 1865.
Notre trip fait, comme à l'habitude, l'objet d'un road book consultable à partir de l'image ci dessous.

Ouvrir le dossier
Il s'agit d'un itinéraire fait de hauts et de bas, comme le montre le profil ci dessous, avec vraisemblablement quelques routes fermées, si la neige n'est pas dégagée...

Profil du Circuit
Une boucle de plus de 5 500 km.

page 2 de 2 -